L'histoire de la brosse à raser

isaack koedijck barber surgeon tending a peasants foot
Isaack Koedijck “Un chirurgien barbier soigne le pied d’un paysan” (1649-1650)

Il est difficile de connaitre la date exacte de l’apparition du blaireau de rasage dans la salle de bain de ses messieurs. Dans une peinture du peintre néerlandais datée de 1649 ou 1650, on peut apercevoir une brosse qui pourrait servir au rasage mais aucune autre source écrite de cette époque ne confirme cet usage.

Les premiers sources disponibles indique que le brosse de rasage fait son apparition en France au milieu du XVIIIe siècle. Les barbiers de cette époque auraient commencé à utiliser une brosse pour tes raisons évidentes d’hygiène et de facilité d’utilisation. Auparavant, il était commun de créer la mousse en frottant ses mains. L’utilisation d’une brosse de rasage n’était pas encore généralisée à la fin du XVIIIe siècle puisque Jean-Jacques Perret, l’inventeur du rasoir de sûreté, mentionne encore le savonnage de la barbe à la main dans son ouvrage sur la Pogonotomie. L’usage du blaireau devient la norme au début du XIXe siècle. Plisson, fournisseur officiel de l’empereur Napoléon Ier et plus ancienne manufacture de blaireaux de rasage au monde est fondée en 1808 à Paris.

La brosse devient blaireau

Pendant longtemps, grâce à ses propriétés, en particulier sa capacité de rétention de l’eau, le poil de blaireau est privilégié dans la conception des brosses de rasage. C’est donc par métonymie qu’un blaireau de rasage est appelé ainsi. A cause du coût et de la rareté du poil de blaireau mais également pour des raisons éthiques, plusieurs types de fibres ont été utilisés pour fabriquer des brosse à raser : soies de porc et de sanglier, crin de cheval et fibre synthétique comme le nylon. Certains fabricants ont même essayé des matières plus originales comme du poils d’ours, de chèvre, du raton laveur et même … des cheveux humains.

La renaissance du blaireau de rasage

Après la seconde guerre mondiale, les mentalités changent et les hommes optent pour des nouveaux produits de rasage, plus rapides, plus efficaces. Le plaisir n’est plus de mise et les industriels réussissent à convaincre les consommateurs que se raser au blaireau est devenu ringard et que la modernité consiste à utiliser de la mousse à raser et des accessoires jetables. Heureusement depuis quelques années, grâce à une prise de conscience générale, le rasage traditionnel bénéficie d’un regain de popularité : un retour aux valeurs sûres et aux traditions où le blaireau de rasage à de nouveau toute sa place.